Lavement des pieds

Kathryn Kuhlmann - La volonté de Dieu

Un enseignement de KATHRYN KUHLMANN - adaptation française: © Phil Edengarden

Kathryn Kuhlmann est connue aux États-Unis pour son ministère de prédication et les nombreux cas de guérisons spontanées qui furent opérées durant ses meetings. Plus que sa personnalité charismatique, je retiens certains sermons qu'elle a prononcés et qui m'ont édifié.

Voici la retranscription de deux exhortations au sujet de la volonté de Dieu, trouvées sur un fichier d'archives audio.

La première s'intitule Je suis libre de faire comme j'ai envie et a pour thème le libre arbitre. Effectivement, Dieu nous aime et, par conséquent, il nous laisse toujours le choix de faire ce que nous avons décidé.

Le deuxième entretien, qui a pour titre La parfaite volonté de Dieu , traite du discernement de la volonté de Dieu: Comment être certain(-e) d'avoir bien compris ce qu'il nous propose d'accomplir? Quels éléments sont-ils à retenir lorsque je me trouve devant une alternative? Par contre, de quoi dois-je me méfier?

Je suis libre de faire comme j'ai envie

L'autre jour, une jeune adolescente me disait: «Je suis libre de faire comme j'ai envie». Et cette jeune adolescente a eu le choc de sa vie quand je lui ai répondu: «Effectivement, tu l'es! Je ne peux pas être plus en accord avec toi! Tu as dit la vérité! Tu as établi un fait! Tu es absolument libre de faire comme tu en as envie!»

Le fait est que chacun d'entre nous, chaque homme, chaque femme, chaque personne qui est en vie, nous avons tous été pourvus de ce qu'on appelle 'le libre arbitre'. Je suis donc libre de faire comme bon me semble. Absolument! Si je le voulais, je pourrais me laisser aller, devenir un clochard ou un ivrogne. Je suis libre de vendre mon corps à la prostitution. Je suis tellement libre que le destin de mon âme est dans ma propre main.

Je suis également libre de faire comme je le dois. Un être auto-discipliné est un être de puissance. Et lorsque nous apprenons cette vérité lumineuse, dès lors que ce fait devient une réalité pour notre cœur, dans notre façon de penser, dans notre vie quotidienne, cela devient un des plus grands secrets que nous puissions apprendre pour nos vies.

Un être discipliné est un être de puissance.

Un aviateur m'a confié ceci: à chaque minute qu'il passait dans les airs, il devait obéir aux lois de l'aviation. Un seul moment de désobéissance ou d'inattention, juste un petit moment - il n'en faut pas plus - un seul petit moment de négligence suffit pour que la grande machine soit entièrement détruite. Quand un avion s'écrase, la première chose que les enquêteurs recherchent est de savoir s'il y a eu négligence ou si quelqu'un a pu désobéir à une des règles qui régissaient le vol de cet avion. Il n'est pas question de se permettre des distractions quand on navigue en altitude. L'obéissance doit être totale ou la maîtrise ne sera pas totale.

Écoutez-moi un instant. La vie est une chose inquiétante et chaotique tant qu'on ne se soumet pas à quelque chose qui soit d'un ordre supérieur au nôtre, tant qu'on n'obéit pas à quelque chose d'absolu, tant qu'on n'y obéit pas de manière absolue.
Sinon, la vie aurait davantage l'apparence d'un genévrier que celle d'un arbre. Le genévrier ne dispose pas d'un principe central organisateur: il s'agit donc d'une masse informe qui se développe à même la poussière du sol. Un arbre, par contre, dispose d'un principe organisateur, et ses branches sont en accord avec ce principe. Par conséquent, un arbre est un organisme vivant qui se déploie dans les cieux.

En lui, nous vivons et nous trouvons le mouvement et l'être.

Dans la Parole de Dieu, Paul dit: «En lui nous vivons et nous trouvons le mouvement et l'être». Effectivement, nous vivons et nous nous mouvons en Dieu, car il est l'incontournable. Mais nous ne pouvons nier ce principe qu'avec les facultés-mêmes qu'il nous donne. L'infidèle, le sceptique, ne peut nier Dieu qu'avec les facultés que Dieu a données à cet homme. Retenez bien ceci: Dieu est l'incontournable. Chaque être humain se meut de par Dieu. Mais remarquez bien ceci: tous n'ont pas leur être enraciné en lui.

Nous vivons souvent de façon trop superficielle. Nos racines intérieures ne sont pas suffisamment profondes. Notre être n'est pas enraciné en Dieu. Et jamais nous n'aurons notre être enraciné en Dieu tant que nous ne ferons pas de son Fils notre seul et unique Sauveur. Dès cet instant, il devient la vigne et nous le sarment.

L'ego ne connaît pas son maître aussi longtemps que nous n'avons pas notre être en Dieu et cela quand bien même notre être demeurerait en vie de par Dieu. Tant que notre être ne demeure pas en Dieu, l'ego ne connaît pas son véritable maître. Et l'ego sans son maître est un serviteur de l'ego: il devient l'esclave de lui-même. La voilà la raison pour laquelle les hommes et les femmes se retrouvent impliqués dans de tant de drames qui leur paraissent inévitables!

Voulez-vous que je vous dise quelque chose? Les gens blâment Dieu pour un tas de choses avec lesquelles Dieu n'a rien à voir. Ils se sont mis dans les ennuis par eux-mêmes. Ils étaient libres de faire ce qu'ils voulaient, absolument libre de faire ce dont ils avaient envie, et ils l'ont fait! Ils ont été les serviteurs d'eux-mêmes, ont fait ce qu'ils voulaient, et ils n'ont pas aimé ce qu'ils ont fait.

Quand Dieu n'est pas votre maître, quand votre être n'est pas enraciné en lui, alors vous devenez Dieu.

L'ego doit être discipliné. Il est impératif de nous abandonner à une autorité plus élevée que la nôtre. L'ego doit être discipliné afin de mourir à lui-même. Il doit mourir afin de vivre. Voilà pourquoi la croix tient autant de place dans l'exercice de notre foi. Il nous faut être morts et enterrés si nous voulons faire l'expérience de la résurrection, de la vraie liberté et de la plénitude de la vie. C'est alors qu'on se rend compte qu'on n'est pas libre de faire tout 'comme on veut' mais 'comme il faut'.

La croix, c'est la mort de l'ego

Soyons attentifs! La croix est un symbole de mort. Quand Jésus exprima ce qui suit: Si quelqu'un veut me suivre, qu'il renonce à lui-même, qu'il prenne sa croix et qu'il me suive. Il parlait de sa propre mort. Il céda sa volonté propre à celle du Père et s'écria: Toutefois, que soit accomplie non pas ma volonté mais la tienne.

Le Fils, que nous appelons 'le Maître', n'était pas guidé par lui-même mais par la volonté de son Père. Par conséquent, quand je prends ma croix, je soumets ma volonté, mes péchés, mes faiblesses, ma vie tout entière à lui seul, à un point tel que je demeure en lui complètement.

Dès cet instant, je sais véritablement ce que cela signifie de vivre, de me mouvoir et de garder mon être éveillé tout en lui. La vie perd alors son caractère chaotique et inquiétant. Tout a un sens. Tout a un but. Il y a un plan, un plan divin pour ma vie. Il n'y a pas de défaite, car Dieu ne peut être vaincu. Il ne peut y avoir aucune défaillance, car Dieu ne peut pas échouer. Il n'y a plus de mort, car Jésus lui-même a dit: Je suis la résurrection et la vie.

Je me déplace, je vis, j'ai mon être en lui
. Par sa mort et sa résurrection, Jésus a non seulement supprimé la condamnation liée au péché, mais la puissance même du péché. Il m'a ainsi permis, à moi qui suis une frêle créature, de vivre grâce à sa puissance et par sa personne non plus comme j'en ai envie mais comme il le faut.

Bien-aimés, la vie en Dieu est la seule vie à vivre. C'est la plus rassurante. Effectivement, Dieu se cache derrière toutes les incertitudes de l'existence humaine. Voilà pourquoi je trouve mon repos en Dieu.

Kathryn Kuhlman - "Free To Do As I Like"
Traduit de l'américain par Phil Edengarden

La parfaite volonté de Dieu

A la croisée des chemins

Voici un partage cœur à cœur sur un sujet qui est d'une importance vitale pour nous tous. Il s'agit de la volonté de Dieu. Il m'arrive souvent de penser que la chose la plus difficile à discerner en ce monde est la parfaite volonté de Dieu. Cela vaut pour chacun d'entre nous.

A certains moments de mon existence – je dois bien le reconnaître – je ne savais absolument pas ce que pouvait bien être au juste la parfaite volonté de Dieu. J'étais arrivé à un croisement. Je savais que Sa volonté ne pouvait pas être deux choses à la fois. L'une était sa volonté et l'autre ne l'était pas.
Je me tenais au beau milieu de ce croisement dans l'incapacité de faire le moindre pas vers l'avant, vers l'arrière, vers la droite ou vers la gauche, par peur de passer à côté de la volonté de Dieu.

Comment avoir la garantie que les choix que nous faisons correspondent effectivement à la volonté de Dieu pour nos vies? Une chose que j'ai apprise de par mon expérience – et il s'agit là d'une des leçons les plus importantes qu'il m'a fallu apprendre – consiste en ceci: dès lors que je recherche la volonté de Dieu, il est impératif de se tenir devant lui dépouillé totalement de toute forme de volonté propre.

Lorsque je pose une question à Dieu, il faut absolument que mon cœur soit dans un état tel qu'il ne puisse plus exprimer de volonté personnelle. Savez-vous que les 9/10 du problème résident justement à cet endroit? Neuf dixièmes de la difficulté peuvent être surmontés quand notre cœur est prêt à faire la volonté de Dieu, quelle qu'elle soit. Dès lors qu'une personne se trouve réellement dans cette position de détachement, il lui faut très peu de temps pour connaître la parfaite volonté de D.ieu.

Savez-vous pourquoi nous traversons parfois des moments franchement difficiles dans notre travail de discernement de la volonté de Dieu? Pourquoi nous nous lamentons de ne pas avoir de réponse? Pourquoi nous sommes dominés par la confusion ou la perplexité? C'est tout simplement parce que nous n'avons pas encore soumis entièrement notre volonté à la volonté parfaite de Dieu!
Nous aimerions pouvoir faire exactement tout ce que nous voulons. Il s'agit là d'une caractéristique de notre nature charnelle. Oui, peu importe la qualité ou la quantité d'expériences spirituelles qu'une personne ait pu faire, discerner la volonté de Dieu implique qu'elle accepte de se soumettre à la volonté de Dieu à un point tel qu'elle n'ait plus aucune volonté personnelle.

Renoncer à soi-même

Notre problème numéro un dans le discernement de la volonté de Dieu pour notre vie est paradoxal car nous prétendons vouloir connaître Sa volonté alors que, en réalité, nous nous battons – que cela soit conscient ou non - contre cette parfaite volonté. Il m'arrive souvent de faire cette expérience déplaisante: des personnes viennent me trouver pour me demander conseil. Or je sais pertinemment bien qu'au terme d'une heure entière consacrée à écouter ces personnes, à chercher avec elles des réponses à leur problème - et ces personnes peuvent être très sincères dans leur démarche lorsqu'elles viennent me trouver – elles n'en feront qu'à leur tête une fois parties, quoi que j'aie pu leur exprimer comme conseils de la part du Seigneur.

C'est précisément à cet endroit que se trouve le point le plus difficile à solutionner dans notre quête de la volonté parfaite de Dieu. Nous élevons notre cœur vers Dieu et nous Lui exprimons notre désir de connaître sa volonté plus que tout au monde. Mais du moment où il nous souffle à l'oreille sa volonté - et nous savons en notre âme et conscience qu'il s'agit bel et bien de sa volonté – nous avons tendance à prendre la fuite: il nous faut alors plusieurs semaines voire plusieurs mois avant que nous soumettions entièrement notre volonté propre à Sa volonté divine et parfaite.

Jésus lui-même avait, en tant qu'être humain autonome, une volonté propre indépendante de celle du Père. La soumission totale du Fils à la volonté du Père ne fut jamais manifestée avec autant d'éclat que dans sa prière d'agonie au jardin de Gethsémani. Jamais il n'y aurait eu de victoire de la Vie sur la mort si Jésus avait refusé de monter au Mont Golgotha. La victoire du Calvaire fut acquise à l'instant où Jésus cria son intention de soumettre absolument sa volonté à celle de son Père. Père, qu'il ne soit pas fait selon ma volonté mais la tienne!

Je peux vous garantir ceci: Dès l'instant où vous vous mettez en quête de la volonté de Dieu, si votre disposition d'esprit est d'accorder votre volonté à celle de Dieu à tel point que sa volonté puisse devenir la vôtre et que votre volonté puisse devenir la sienne, il ne vous faudra pas attendre longtemps avant de savoir quelle est véritablement la volonté de Dieu.

Nous marchons par la foi, non par les émotions.

Attention: lorsque je suis dans cette disposition d'esprit, je dois veiller à ne pas laisser les émotions s'en mêler. Cela m'exposerait au risque de devenir dépendant de ces émotions pour me guider. Or, ces mouvements de l'âme peuvent être très trompeurs. Dieu ne nous donne pas d'émotions particulières pour nous rendre capables de lui faire confiance. Dieu ne nous donne pas d'émotions pour nous encourager à lui obéir. Dieu ne nous communique pas de ces impressions subjectives pour nous permettre de sentir que nous sommes bel et bien dans la bonne voie. Nous marchons dans la foi, non pas selon les apparences! Nous marchons par la foi, non par les émotions.

De fait, Jamais Dieu n'a prévu que ses enfants marchent en suivant la voie des émotions.

N'avez-vous jamais rencontré une personne à qui vous demandiez comment elle allait? Un jour, elle vous répondait que Dieu était bon, que tout allait pour le mieux, et le lendemain, à la même question, elle vous répondait qu'elle se sentait aller mal, que tout semblait s'effondrer autour d'elle et que tout cela lui donnait l'impression d'avoir été abandonnée par Dieu...
Dans la réalité, rien n'avait changé dans sa vie sinon ses émotions. Peut-être ressentait-elle soudain un coup de fatigue sur le plan physique, ou bien faisait-elle l'expérience d'une déconvenue et, par voie de conséquence, elle en déduisait que Dieu devait être mort, à moins qu'il ne l'ait purement et simplement abandonnée sur le bord du chemin. Mais Dieu n'avait pas changé. Dieu était identiquement le même le lendemain que la veille. La Parole de Dieu ne s'était pas altérée d'un iota. Dieu n'avait retiré aucune de ses promesses d'un jour à l'autre.

Tout passer au fil du glaive de l'Esprit

Il arrive que Dieu permette qu'une personne ressente des émotions particulières en sa présence, mais il le fait généralement quand il sait que la personne ne sera pas influencée par ces émotions lorsqu'il s'agit de discerner sa volonté, quand il sait que cette personne s'appuiera exclusivement sur sa Parole, qu'elle compte véritablement sur sa fidélité à réaliser les promesses qu'il a faites.

De fait, nos émotions peuvent être aussi agitées que les vagues de la mer ou aussi mobiles que des sables mouvants. Voilà pourquoi nous n'accordons de crédit qu'à la seule Parole de Dieu pour nous guider. Oui, bien-aimés, quand vous cherchez à connaître la volonté de Dieu, ne vous fiez jamais à vos émotions, mais confrontez toutes choses aux Écritures:
jamais sa volonté ne sera en contradiction avec ce qu'il nous dit à travers les Écritures.

Kathryn Kuhlman - "The Perfect Will Of God"
Traduit de l'américain par Phil Edengarden